Champs électromagnétiques très hautes fréquences mesures fixes

Eléments concernés : Antennes-relais, téléphonie sans fil, DECT 1,8 GHz, DECT 5 GHz, téléphonie mobile GSM 900 MHz, téléphonie mobile 1,8 GHz, UMTS 2,2 GHz, Wi-fi, radiocommunication, radiophonie, émetteur radiodiffusion, micro d’écoute et de surveillance, radar, sites industriels, activité médicale….





Unité de détection

Matériel de détection utilisé :


NARDA NBM520 avec sonde Probe EF0691
Protocole de mesure des hyper-fréquences
(antenne-relais, wifi, wimax…)
  • Les mesures sont effectuées avec un appareil de Mesure professionnel NARDA doté d’une sonde balayant 100 MHz à 6 Giga hertz.
  • ISO 10012-1 - Numéro de série C-0014C sonde A-0053
  • Date de calibration : 12 Février 2012 sonde 12 Février - Procédure de calibration : 2401-8700-00A - - Procédure de calibration de la sonde : 2402-8714-00A
  • Marge : 0,007V
La sonde calcule la totalité des puissances émises entre 100 MHz et 6 GigaHertz. Elle affiche un résultat en Volt/mètre, Ampère/mètre, Watt/mètre ou mWatt/cm2.





La sonde donne à l’écran la somme de toutes les émissions perçues et permet ainsi de savoir si la somme des puissances perçues est en accord avec la législation. Les résultats sont exprimés en Volt/mètre, Ampère/mètre, Watt/mètre carré ou encore mWatt/centimètre carré.
Une antenne-relais peut émettre une puissance en accord avec la législation mais un cumul peut se faire avec une autre source d’émission comme par exemple la Tour Eiffel. Dans ce cas, les limites peuvent être largement dépassées.
Les mesures sont effectuées avec une base Narda et une sonde professionnelle Narda. Elles sont faites en instantané et permettent de définir la puissance cumulée perçue dans l’environnement testé, ceci sur une plage de 100 MHz à 6 GHz. (antenne-relais, téléphonie, émetteurs, radars, Wi-fi…)
Malgré la réglementation actuelle, il existe de très nombreux cas où les valeurs sont supérieures aux valeurs limites autorisées.



Risques sanitaires

Eléments concernés très hautes fréquences: Antennes-relais, téléphonie sans fil, DECT 1,8 GHz, DECT 5 GHz, téléphonie mobile GSM 900 MHz, téléphonie mobile 1,8 GHz, UMTS 2,2 GHz, Wi-fi, radiocommunication, radiophonie, émetteur radiodiffusion, micro d’écoute et de surveillance, radar, sites industriels, activité médicale….

Aujourd'hui, une grande partie des effets sanitaires sont indéfinis. Personne ne peut dire si les effets induits ne sont pas précurseurs d'autres pathologies. Le corps humain n'a aucune possibilité de s'adapter aux ondes électromagnétiques artificielles. Le seuls effets visibles actuellement, hormis les effets thermiques sont ceux définis par les personnes sensibilisées, dites électro-sensibles.



Très Hautes Fréquences : pénétration du corps humain

Comme on peut le voir sur le schéma, les très hautes fréquences SHF (radars, micro-ondes) ne pénètrent pas le corps humain dans sa totale profondeur mais dans sa superficialité. Cela n’est certainement pas sans incidence car dans les parties superficielles du corps humain se situent des tissus très fragiles (articulations, glandes endocrines, cerveau, nerfs périphériques…)


Hyperthermie due aux champs hautes fréquences

Si une personne est exposée à des champs de très hautes fréquences, les tissus vivants peuvent subir une augmentation de température. Cela peut concerner le corps entier ou une partie du corps. C’est ce qu’on appelle l’hyperthermie. Plus les puissances seront fortes et plus l’échauffement sera important allant jusqu’à l’apparition de brûlures superficielles ou profondes. Dans le cas du téléphone portable, les effets pourront être très néfastes sur la cellule (oreille et cerveau)


Hypersensibilité électromagnétique Electro-sensibilité

De nombreuses personnes se plaignent de symptômes, quelques soit le type de champ électromagnétique et plus particulièrement par rapport à ceux provenant des très hautes fréquences. Il n’est pas rare que ces personnes présentent comme symptômes une fatigue physique , des douleurs musculaires, une irritabilité, des troubles du sommeil, maux de tête, vertiges, dépression…
La question qu’il faut se poser est de savoir pourquoi ces personnes sont devenues sensibles. Sans doute parce qu’elles ont été exposées de façon continue à des champs électromagnétiques…L’organisme a pu saturer et s’exprimer par ces troubles. De plus en plus de personnes présentent une hypersensibilité, quelque soit l’âge, le sexe ou l’origine de la personne. Il n’est pas exclus que des personnes hypersensibles présentent des terrains réceptifs à d’autres pollutions ou que des personnes allergiques ou vulnérables deviennent électro-sensibles.
L’électro-sensibilité pourrait être également amplifiée par d’autres désordres liés à d’autres sensibilités allergiques, physiques ou psychiques. Ce syndrome d’intolérance environnementale pourrait être réversible une fois que le principe de perméabilité physique ou psychique serait identifié.
L’électro-sensibilité ne semble pas être une maladie mais plutôt être une conséquence ou une réaction d’effets des ondes sur un terrain prédisposé ou fragilisé.
Dans un environnement intérieur, il est possible de se protéger des ondes de très hautes fréquences. La première démarche consiste à connaître la dose d'exposition subie afin de prévoir, si nécessité, les protections adaptées.

Pour connaître le montant d'une étude de mesures de champs Très hautes fréquences, vous pouvez nous demander un devis. Il vous suffit de cliquer sur le lien vous concernant.

Vous souhaitez obtenir un devis


EXPERTISE DES CHAMPS DE TRES HAUTES FREQUENCES



PARTICULIER

ENTREPRISE ou COLLECTIVITE






PARIS ESPACE ECO - POLLUTECNIK 2013 - Mentions légales -
Création de site internet: Cianeo